Téléchargement

Oui, le téléchargement, c’est le mal.

On me l’a déjà dit. Mais que voulez-vous, je suis le mal et j’ai succombé, comme tout le monde, à la tentation. Je me suis donc mise en tête de télécharger une série : dix épisodes en blueray (parce que faut ce qu’il faut quand même, hein…), avec sous-titres, langue anglaise et française intégrées, des fois que je veuille les regarder en anglais (!!!). Au total, 12,2GB. Mais comme la série a deux saisons, je lance aussi la saison 2, même si au final, la saison 1 est à chier et que je ne vais pas plus loin que l’épisode 2. Je télécharge et puis c’est tout.

Je lance donc une application, un site de téléchargement (non, je ne vous dirai pas lesquels, z’avez qu’à chercher) et je balance 24GB dans les dents de la connexion internet de l’Université. Oui, l’Université, c’est le bien. Une connexion illimitée, une vitesse de connexion formidable et personne pour te faire chier parce que tu télécharges parce qu’autour, tout le monde fait pareil. Et pour toutes les têtes bien pensantes qui viendront me dire que le téléchargement c’est le mal, je vous signale que je paye assez cher l’Université pour qu’elle puisse se permettre de me payer les 25$CAD que coûte un DVD, ou à plus forte raison quand c’est une série à 50$. Mais ça, c’est un autre débat…

Bref disais-je, à 12h15, je lance le téléchargement. Et tout va bien, ça charge en MB/s. *Me* mode happy. 1GB, 2GB, 3GB et puis s’en vont…

12h50 : J’ai rendez-vous avec mon prof. J’ouvre un document word pour ne pas me faire chourer l’ordi pendant mon absence. Et là, instant de panique : comme je partais, je n’ai pas téléchargé les séries sur mon disque dur, mais sur l’ordi directement. Sauf qu’un ordi de l’Université, quand ça redémarre, ça efface tous les fichiers téléchargés. Or, l’ordi proteste énergiquement contre l’ouverture d’une autre application (il a la connexion rapide, mais faut pas pousser Mémé dans les orties, la ram ne suit pas). Écran blanc donc. MOUARF.

12h51 : Après 60 secondes d’apnée, l’écran redevient normal : l’ordi continue à charger. Je vais à mon rendez-vous soulagée.

13h45 : Je reviens de mon rendez-vous, l’ordi continue à tourner (les ventilos tournent aussi d’ailleurs), il a presque fini de télécharger la première série.

14h07 : La première saison est finie, je branche donc mon disque dur.

14h13 : L’icône du disque dur est apparue, je glisse le fichier nouvellement acquis vers mon disque. Copying 78 items (12,2 GB) from Computer (C:) to Disque dur (E:) : About 1 hour remaining. MOUARF bis. Il se fiche de moi, hein hein ? Il se fiche de moi ? Non, zen, ne pas emplafonner l’ordi… Parce qu’un ordi, c’est sournois vous voyez. Vous voulez le presser un peu, mais alors, il se venge. En guise de représailles, il sort son arme ultime. Aucun fichier n’y a survécu : l’écran-bleu-de-la-mort-qui-tue. Et là, c’est le drame. Tous les fichiers disparaissent et il ne vous reste plus que vos yeux pour pleurer parce que vous avez perdu 2h30 à attendre la fin de votre téléchargement. Et vous vous dites que finalement, le téléchargement, c’est le mal, que l’ordi a su vous faire entendre raison et vous prenez votre voiture pour aller acheter les deux saisons en DVD pour la modique somme de 100$. Prends ça dans les dents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s