Délirium d’après minuit

Minuit, heure du crime. Oui, je sais, ça fait cliché. Faut dire qu’après la journée que j’ai passé, je peux me permettre. C’est dingue ce qu’il peut se passer en une journée. D’abord, j’ai fini mon plan de thèse. Bon, ça s’est fait, du coup mon prof est dispensé de me flinguer… Du moins pas avant la prochaine fois que je lui fais faux bond pendant un mois et demi. Ensuite, j’ai récolté des copies et j’ai commencé à les corriger… avec la furieuse envie de céder à la tentation du lâcher de copies dans l’escalier. Oui, parce que sans déconner… Y’en a qui se font un lâcher de taureaux pour se faire des sueurs froides, moi je fais un lâcher de copies pour éviter les sueurs froides justement !

C’est dingue ce qu’un étudiant peut inventer comme conneries (dit celle qui est encore étudiante, fusse-t-elle en doctorat… ahem… bon et ok, j’arrête avec les « … »). D’abord, quand tu les vois arriver en première année, qu’ils papotent pendant les cours, geek sur leurs portables ou dorment sur leur bureau, limite, ça passe. Tu te dis qu’ils reviennent du secondaire, ça va leur passer. Oui, c’est forcément ça, il leur faut un temps d’adaptation avant d’apprendre qu’ils sont vraiment des étudiants. Ça, c’est ce que tu crois le premier jour de ta première classe. Si t’es vraiment naïf, tu y crois jusqu’au premier examen. Après tu fais comme eux : tu grandis.

Après t’as la deuxième année de fac, si tu es assez courageux suicidaire pour arriver jusque là. C’est cette année-là qu’ils conjuguent le verbe jouer à l’imparfait du subjonctif en prenant leur pied : qu’ils jouissent. Et cette année-là encore qu’ils montrent leur haut respect de la femme en conjuguant le verbe connaître au présent du subjonctif : qu’elle connasse.

La troisième année ? Oh… vous savez… En général, tu lis que Racine a inventé le cinéma (véridique), puis tu te pends ou, pour le prochain exam, tu balances les copies dans l’escalier, celle qui arrive en bas la première a gagné la meilleure note !

Le Paranoiak System

Et voilà comment on finit par faire une génération d’illettrés doublés d’incultes. Le seul avantage de cette génération, c’est qu’elle a les pouces plus longs, histoire de maîtriser les touches des textos et les manettes de game-boy et qu’elle maîtrise à fond le paranoiak system.

Depuis maintenant trois semaines, je ne suis plus sur Facebook que pour les intérêts de ma page d’artiste. Mais peu avant de le quitter, j’y ai lu une anecdote qui m’a interpelée. Il s’agissait d’un statut dans lequel l’utilisatrice assidue de ce moyen de communication déplorait être « invisible » : elle n’avait pas de nouveaux messages / nouvelles notifications sur son facebook et n’avait pas de nouveaux messages. Dans la même journée, au détour d’une conversation, quelqu’un, à qui je ne répondais pas assez vite parce qu’occupée ailleurs, me demande si je le dérange car il a « l’impression de faire chier son monde ». Motif ? « Personne ne me répond ». Ben maintenant que t’en parles…

J’ai eu la violente envie de répondre à cette personne « T’avais qu’à être là ». Pourquoi faut-il que les gens s’attendent à avoir les mêmes rapports d’écran à écran que face à face ? À quel moment finiront-ils par réaliser que ça n’a rien à voir ? Certains argueront — à tort ou à raison, je préfère ne pas entrer dans le débat — que beaucoup de choses passent par l’écran, parfois mieux qu’en vrai. Bon… et faire un enfant, tu le fais comment ? Tu rentres ta clé USB dans le port USB, lui fait pareil et il télécharge un virus sur ta clé ? Non mais sans déconner.

Alors non, j’ai une vie en dehors de mon ordinateur et je ne prête pas forcément cent pour cent de mon attention à un mec à 3, 30, 300 ou 3000km de chez moi et qui s’adresse par clavier interposé. Non, je ne le fais pas parce qu’entre une réponse de vive voix, qui arrive 3 secondes après la question, ou celle qui s’affiche 30 secondes après, le temps d’être écrite, y’a comme un délai. Pas la peine de devenir parano pour autant pépère. Et si tu tiens à faire le parano, on peut s’engueuler. Au lieu de crier, tu m’écriras le tout en majuscule, taille 18, couleur rouge, gras, souligné. Mais au lieu de se couper la parole l’un l’autre, on mettra cinq minutes à digérer la phrase de l’autre avant d’écrire la nôtre. Comme ça, t’as le temps de faire ta vaisselle pendant que l’autre t’engueule. Non non, pas pour lui envoyer les assiettes à la tête, juste pour passer le temps, pas la peine d’être paranoïaque !

Non Madame, ce n’est pas parce qu’aucun de vos 768 amis ne vous a envoyé une notification depuis les dix dernières minutes que vous êtes invisible. Du moins pas plus que vous ne l’auriez été si vous étiez sortie faire des courses dans le magasin du coin dans lequel vous auriez croisé deux-cents personnes, dont sans doute des voisins que vous ne connaissez même pas. Il ne vous viendrait pas à l’esprit de leur adresser la parole ou de leur prêter attention. Après tout, vous ne les connaissez pas et si l’un d’entre vous commence à vous dire « vous êtes belle », « c’est super cool ce que vous achetez aujourd’hui », vous allez flipper. Mais sur internet, qu’un pur inconnu commente votre dernière photo de profil, vous prenez ça pour le compliment d’un parfait gentleman. Madame, soyez sérieuse, mettez donc votre paranoïa au bon endroit ! Vous n’êtes pas invisible, c’est seulement la vraie vie. La déconnexion est rude, pas vrai ?

Et en ce qui me concerne ? Rien. Loin des paranoïaques, je me repose. Et je ne perds plus de temps à réactualiser trois fois ma page en dix minutes pour répondre à l’insatiable soif de la plus petite manifestation d’attention venant de l’un de mes 30 millions d’amis 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s